Comment vaincre la peur de l’échec

vaincre la peur de l'échec

Vous n’arrivez pas à vous lancer par peur de vous tromper. En fait, la peur de l’échec vous paralyse.

Pourtant, vous aimeriez pouvoir montrer ce que vous valez en affichant vous aussi vos succès.

Alors, voici la méthode OMALEC pour vaincre votre peur de l’échec.

 

Mettre l’échec en échec

Vous avez des projets qui vous tiennent à coeur plein la tête et vous ressentez une profonde frustration de ne pouvoir les entreprendre.

ll vous faut souvent beaucoup de temps pour prendre une décision, car vous craignez de prendre la mauvaise. Vous pouvez également passer des heures sur des détails, car vous pensez que pour réussir, il faut que tout soit parfait.

Pire, lorsque vous prenez enfin une décision ou une résolution, vous ne parvenez pas à la tenir. Et si vous entreprenez une action, vos craintes se transforment en réalité et vous échouez. 

Cela peut vite devenir embarrassant avec vos relations ou votre entourage qui vous trouvent lent, indécis et vous considèrent même comme un « looser » (perdant en anglais).

Pour vous-même cette attitude est handicapante, car vous ne vous épanouissez pas pleinement et vos talents ne sont pas reconnus.

Vous êtes persuadé, à juste titre, que vous aussi avez le droit de réussir.

Vous souhaiteriez lancer votre activité, prendre un poste avec plus de responsabilités, changer de job ou tout simplement reprendre le sport, écrire vos courriers, faire un bricolage, acheter une paire de chaussures et ce en toute sérénité. Vous aimeriez faire cela avec autant de facilité que vous achetez une baguette de pain.

Vous exprimeriez alors pleinement vos talents propres. Vous seriez alors reconnu pour vos compétences, votre personnalité et vos succès. Et en plus, vous vous sentiriez plus libre et plus léger.  Votre vie en serait plus heureuse. 

 

L’échec, l’ingrédient indispensable au succès

Un constat douloureux

Effectivement, échouer ou se tromper n’est jamais un plaisir. Sur le moment, cela peut même vous déprimer.

Car c’est un investissement de votre temps, de votre énergie et parfois de votre argent qui est tout sauf rentable. Dans certains cas extrêmes, le résultat est tel que vous êtes finalement redevable à votre famille, à vos amis, à la banque et à vos créanciers.

En toute conscience, vous avez fait des concessions afin de réussir, mais cela n’a pas suffi

Pire le résultat ne permet pas de justifier ces sacrifices que vous avez réalisés

 

Une loi de la nature source de progrès

Rappelez-vous lorsque enfant, vous avez enfin réussi à marcher. Quelle victoire !!!

Et pourtant, vous avez commencé par essayer, puis vous êtes tombé, puis vous avez à nouveau essayé, puis vous êtes retombé…. Et ainsi de suite jusqu’à ce que vous réussissiez à tenir debout sur vos 2 pieds 🙂

Vous avez donc connu de nombreux échecs avant de réussir. Et malgré les chutes à répétitions, vous n’avez jamais eu peur de l’échec.

Ce petit souvenir d’enfance vous permet de prendre conscience de la loi naturelle de l’apprentissage. Elle s’applique à tous les domaines de la vie. Dès que vous entreprenez quelque chose de nouveau, vous êtes soumis à cette loi.

En effet, quel que soit votre âge, vous ne pouvez pas vous affranchir de cette loi. Celle-ci vous permettra de développer votre expérience dans le domaine souhaité. 

 » Tout le monde échoue une première fois.
Si tu ne connais pas l’échec, comment pourrais-tu connaître le succès ? « 
Andy WACHOWSKI dans Matrix

 

Une autre façon de voir les choses, qui me sert au quotidien, est un des principes de la PNL.

Il s’énonce ainsi : Il n’y a pas d’erreur, il n’y a que du feed-back (expression anglaise traduisible en français par « retour d’expérience »). C’est-à-dire que lorsque cela ne fonctionne pas, il convient de changer quelque chose pour la prochaine fois. 

Par exemple, si mes plats sont toujours brûlés en sortant du four, c’est peut-être que je dois diminuer la température ou réduire le temps de cuisson ou bien encore mettre une alarme pour éviter que je n’oublie mon plat dans le four…

 

L’échec n’est pas une fin mais un début

Ne rentrez donc pas dans cette spirale de l’échec. Un échec n’entraîne pas nécessairement un autre échec, bien au contraire !!! Avoir connu des échecs n’est pas une tare, mais le signe que vous avez pris des risques. Et même si ces derniers n’ont pas été couronnés de succès, vous avez appris de ces expériences.`

N’ayez donc pas honte de vos échecs, au contraire soyez-en fier !!!

Car lorsque vous êtes tombé une fois et que vous vous relevez, vous êtes bien plus fort et expérimenté qu’avant.

 

Le succès a ses régles 

Réussir sans effort est impossible. 

Seuls les vantards ou les escrocs vous diront le contraire. 

Effectivement, rien de grand dans ce monde ne s’est fait sans effort. 

 » Il n’y a pas de réussite facile ni d’échecs définitifs. « 
Marcel PROUST

Comme le dit également une publicité française pour le Loto : 100% des gagnants ont tenté leur chance. 

Ce n’est qu’en faisant que l’on a une chance de pouvoir obtenir des résultats et donc de réussir.

 

Réussir se fait étape par étape.

Cela se fait, petits succès après petits succès.

C’est comme l’escalier de la tour Effeil. 

Pour arriver au sommet, il faut déjà arriver au 1er étage. Et pour arriver au 1er étage, il faut déjà se donner la peine de mettre le pied sur la 1ère marche, puis sur la 2nde, et ainsi de suite…

 

Réussir nécessite de maîtriser les moyens pour atteindre l’objectif visé.

Cela signifie que vous devez avoir le contrôle sur chacun des paramètres qui contribuent à l’atteinte de cet objectif.

Ce dernier point est essentiel. Si vous ne le respectez pas vous vous mettrez beaucoup de pression et perdrez du temps, de l’énergie et de l’argent sur des sujets qui sont hors de votre contrôle.

Il est donc primordial de bien définir vos objectifs de façon à ce qu’ils dépendent d’éléments dont vous avez la maîtrise.

Par exemple, vous êtes dans une mauvaise posture, si votre objectif est dépendant du beau temps ou de la bonne humeur des gens…

 

La méthode OMALEC pour vaincre votre peur de l’échec

Il est maintenant temps de vous livrer les 6 étapes de cette méthode que j’ai développée au fil des 15 dernières années.

Elle s’est avérée très efficace pour moi ainsi que pour tous ceux à qui je l’ai transmise et qui ont décidé de l’adopter dans leur vie au quotidien…

 

1) Fixez-vous des Objectifs [O] réalistes

En agissant ainsi, vous rendez les actions à mettre en oeuvre plus accessibles.

Soyez très vigilant avec les objectifs très ambitieux, car ils risquent de vous effrayer. La conséquence directe pour vous sera la procrastination.

Pensez donc à scinder vos objectifs ambitieux en plusieurs petits objectifs réalistes.

Ainsi, vous aurez plus rapidement des résultats avec 2 options :

  • S’ils sont bons, ces résultats contribueront à vous encourager et vous resterez ainsi toujours motivé
  • S’ils sont moins bons que prévus, ce sera le signe que vous devez ajuster quelque chose

 

2) Vérifier que les Moyens [M] dépendent bien de vous 

Vous devez vous assurer que votre objectif est « sous contrôle ». Cela sous-entend que vous pouvez agir directement sur les paramètres indispensables à l’atteinte de votre objectif.

Si ce n’est pas le cas, votre objectif est « hors de portée ». Vous devez alors revenir à l’étape 1 et ajuster votre objectif.

Exemple : Si vous décidez que votre objectif est d’aller courir 2 fois par semaine avec votre collègue, votre objectif n’est pas totalement sous contrôle. En effet, si votre collègue est malade ou qu’il manque de motivation, vous ne pourrez pas atteindre votre objectif. En revanche, si vous décidez que votre objectif est d’aller courir 2 fois par semaine, vous contrôlez entièrement la situation et rien ne peut vous empêcher de réussir (à part vous-même).

 

3) Acceptez [A] que cela puisse ne pas réussir

L’échec est un risque que vous devez envisager.

 » Les échecs servent de répétitions au succès. «  
Reed Cathy

 

Rappelez-vous que les plus grands de ce monde ont tous connu des échecs retentissants avant de connaître le succès.

Attention cependant, ce risque potentiel d’échec ne doit pas vous empêcher d’agir.

Et la meilleure façon de réduire au maximum ce risque, c’est de vous assurer que votre objectif est « sous contrôle ».

 

4) Lancez-vous [L]

C’est l’étape la plus importante pour vous. Il faut absolument que vous passiez à l’action.

Souvenez-vous que pour obtenir des résultats, il est indispensable que vous agissiez d’abord !!!

 » Je peux accepter l’échec, tout le monde échoue dans quelque chose.
Mais je ne peux pas accepter de ne pas essayer.  »
Michael JORDAN 

D’ailleurs, il est préférable pour vous que vous agissiez maintenant, plutôt que vous perdiez votre temps à réfléchir comment faire pour que tout soit parfait.

Il vaut mieux que les choses soient faites que parfaites. Vous aurez toujours la possibilité plus tard de revenir sur ce que vous avez déjà réalisé.

La recherche de la perfection est le meilleur moyen pour vous de procrastiner. 

 

5) Apprenez de vos éventuelles erreurs [E]

Utilisez-les comme levier pour mieux réussir les fois suivantes.

 » Très souvent, c’est quand nous croyons essuyer un échec que nous remportons notre plus grande victoire. « 
Françoise GOURDON

Si cela n’a pas fonctionné, c’est que tous les ingrédients pour la réussite n’étaient pas présents. Et comme vous ne pouvez attendre quoi que ce soit des autres, c’est à vous de changer quelque chose.

Cela peut-être votre approche, votre comportement, votre marketing, votre communication, votre compétence, votre expérience…

En fait, il suffit souvent de peu de choses pour que cela fonctionne. Identifiez ce qui n’a pas marché et changez-le, adaptez-le.

Ne perdez donc plus de temps à faire plusieurs fois la même erreur.  

 

6) Gardez Confiance [C] en vous et en votre objectif

Vos rêves et vos aspirations sont ce que vous avez de plus précieux. Traitez-les donc comme votre propre trésor et ne laissez personne vous en détourner.

Ils sont également le moteur de votre vie. Vous devez donc les nourrir régulièrement, comme l’on donne de l’essence à une voiture pour qu’elle avance.

Pour cela, félicitez-vous à chacun de vos petits succès, si petits soient-ils. Cela renforce votre estime de vous et votre confiance en vous.

Persévérez, persévérez et persévérez encore, en n’oubliant pas d’ajuster ce qui s’est avéré ne pas fonctionner.

 »  Ne me dites pas que ce problème est difficile.
S’il n’était pas difficile, ce ne serait pas un problème. « 
Ferdinand FOCH

Ce n’est pas parce que c’est difficile qu’il faut renoncer. Par exemple, si l’essence utilisée pour votre voiture ne convient pas, changez-en. Si vous crevez, posez une rustine sur le pneu. Si le moteur tombe en panne, réparez-le. Si cela n’est pas possible, changez de voiture ou faites du stop… Mais quoiqu’il arrive, faites en sorte d’arriver à destination.

Et dites-vous bien que personne ne vous aidera, au contraire.

Les autres essayeront de vous décourrager et cela même dans votre entourage. Certains car ils ne comprennent pas et ne comprendront jamais vos motivations, d’autres par jalousie (car ils vous envient d’être passé à l’action), enfin, les derniers pour vous ménager des efforts qui vous attendent.

Alors, surtout, ne renoncez jamais…

 

Mise en pratique

Une fois n’est pas coutume, c’est moi-même qui vais être au coeur de l’action !!!

Quelle chance, vous n’avez donc rien à faire cette fois-ci 🙂

Vous avez juste à regarder la vidéo qui suit et me faire part de vos retours.

La méthode précédente s’applique à tous les domaines.

Dans le cas présent, elle va être illustrée de façon très visuelle avec des chutes très violentes qui vont probablement vous faire beaucoup rire, mais qui m’ont bien secoué et parfois même sonné.

Comme dit Nelson MANDELA:

« Ne me jugez pas sur mes succès,
 mais sur le nombre de fois où je suis tombé et je me suis relevé. « 

 

Alors, je me suis accroché et j’ai réussi à transformer une succession d’Échecs en Succès 🙂

 

Posez-vous ces 4 questions :

  • Quel est le plus grand projet que vous n’entreprenez pas par peur d’échouer ?
  • Quels seraient les bénéfices si vous parveniez à le réaliser ?
  • Pouvez-vous le diviser en plusieurs étapes ?
  • Etes-vous maître des moyens de chaque étape ?

Répondez en laissant un commentaire ci-dessous.

J’ai très envie de découvrir vos expériences.

Philippe

 

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :