Mon avis sur le théâtre et ses bienfaits

Théâtre changer la vieJe voudrais vous livrer le rôle crucial que le théâtre a joué dans ma vie.

En effet, sa découverte et sa pratique régulière ont complètement transformé ma vie.

 

Enfant, j’étais plutôt d’un naturel observateur, introverti et solitaire.

Assez fier et sensible aux regards des autres, j’aimais faire le pitre, être au centre de l’attention mais uniquement auprès d’un petit public bienveillant.

Plus tard, ce besoin de reconnaissance s’est progressivement transformé en rapport de séduction.

Et puis par peur du jugement, je n’exprimait qu’avec beaucoup de réserve mon originalité, mon unicité, mon petit grain de folie .

C’est alors que la timidité s’est progressivement installée, censurant au passage ma spontanéité et mon sens de la répartie.

Mais ça c’était avant de découvrir le théâtre et de m’y mettre.

En effet, ma mère, grande amatrice de théâtre me l’a fait découvrir et trouvait toujours une occasion pour m’y emmener.

J’y ai tout de suite trouvé beaucoup plus d’intensité dans les émotions que dans le cinéma.

De plus, j’ai eu la chance de commencer ma carrière professionnelle à Avignon, la ville du célèbre festival.

Alors, en 1997  j’ai saisi l’opportunité de prendre des cours dans un petit théâtre : le théâtre du chien qui fume.

Théâtre du chien qui fume

Je vous livre donc ce que cette discipline m’a apporté au cours de ces 17 années de pratique en tant qu’amateur.

 

1) A l’écoute de son corps

J’ai d’abord découvert que le théâtre est avant tout une discipline corporelle.

Le corps est le véhicule des émotions.

Il est le lien entre les pensées et les sensations resenties.

Le théâtre m’a donc appris à percevoir et comprendre sans jugement ce que chaque émotion (quelle soit agréable ou non) provoque en moi.

Par exemple, j’ai identifié un léger élargissement du conduit nasal avec des petits picotements et  les yeux qui s’humidifient lorsque je passe en mode « joueur taquin ».

Dans cette disposition corporelle et émotionnelle, je me sens capable de tout et alors rien ni personne ne peut me déstabiliser.

Ainsi, il m’est possible de faire appel aux sensations physiques d’une émotion pour l’aider à monter en moi et me plonger dans un « état » en particulier.

Avec un peu d’expérience je suis maintenant en mesure par exemple de pleurer de tristesse ou rire aux éclats sur commande.

Au de la de l’effet démonstratif, cela permet de mieux gérer ses propres émotions en s’appuyant sur le corps et non sur la pensée.

 

2) Congruence corps, tête, coeur

Croyriez-vous quelqu’un qui vous dit oui avec sa bouche et non avec sa tête ? Dans la vie comme au théâtre, pour transmettre un message convaincant, il est indispensable de s’assurer de la cohérence entre  :

  • les pensées issue de la tête,
  • l’intention qui part du coeur,
  • le comportement et le langage non verbal qui s’exprime à travers le corps

C’est par le travail et l’entraînement qu’il est possible d’accorder ces 3 dimensions et d’être juste lorsque l’on interprète un personnage.

Par exemple une personne qui prend la parole en public et qui cherche à masquer son malaise ne parviendra malheureusement pas à duper son auditoire, bien au contraire.

Son corps trahira ses émotions, ses pensées et les mots qu’elle prononcera ne seront pas crédibles aux yeux de son public.

C’est un sujet que nous abordons souvent dans nos formations pour réussir à parler en public en 1 journée seulement.

Cela m’a été et reste particulièrement utile dans mes relations personnelles et professionnelles comme par exemple au cours d’entretiens de recrutement ou pour convaincre des clients lors de présentations délicates.

Loin de mentir sur moi, sur mon expertise ou de construire un personnage, j’exprime maintenant le meilleur de moi-même avec une véritable authenticité.

Et c’est celle-ci qui touche mes interlocuteurs, me donne du charisme et rend mon discours persuasif.

 

3) Découvertes littéraires

Je n’ai jamais été un grand lecteur.

J’ai tout de même découvert comment aimer la lecture ainsi que je le détaille dans cet article.

Et le théâtre m’a donné l’opportunité de m’attarder sur des ouvrages magnifiques vers lesquels je ne me serais pas naturellement orienté.

C’est le cas pour des textes classiques, mais aussi pour des textes beaucoup plus contemporains.

J’ai ainsi redécouvert avec beaucoup de plaisir et d’admiration des grands auteurs qui m’avaient profondément ennuyés durant ma scolarité.

Je pense notamment à Shakespeare, à Victor Hugo, Harold Pinter, Bergman, Tennessee Williams Ray Cooney, et bien-sur à Molière sans oublier Feydeau, Guitry et beaucoup d’autres encore…

 

4) Dépassement de comportements inhibés

Par le jeu et l’expérimentation, il devient possible de sortir progressivement de sa zone de confort.

En effet, sous couvert d’un personnage, il est envisageable de s’autoriser des comportements ou des attitudes que notre éducation ou nos pensées limitantes nous interdisent.

De plus, le metteur en scène pousse le comédien dans ses retranchements, au-delà des limites que le comédien s’est construit.

Comme un coach il  force le comédien à sortir de sa zone de confort pour l’amener à déverrouiller puis ouvrir progressivement des portes qu’il n’avait jamais ouvertes.

C’est ainsi, que sous la direction de metteurs en scène bienveillants et grâce à la confiance que je leur portais,  j’ai élargi ma propre zone de confort en allant ouvrir de nouvelles portes.

J’ai alors découvert que rien d’effrayant n’y cachait derrière et que le fait de pouvoir le faire me donnait plus de liberté.

 

5) Relation aux autres

Le théâtre apprend à mieux se connaitre et également à développer sa propre empathie.

Cela se traduit par le fait que l’on comprend mieux ce que l’on ressent, pourquoi on le ressent et comment cela se manifeste en nous.

Par analogie et par extension, la lecture des émotions, des comportements et attitudes des autres en est facilité.

Il devient donc beaucoup plus aisé de s’ajuster aux autres de manière à établir une relation et à la maintenir.

Il ne s’agit pas d’être d’accord avec tout ce que l’autre propose dans ses émotions, ses attitudes, ses pensées, ses mots.

Mais cela permet de comprendre et donc d’excuser en partie en acceptant ce que l’autre ressent sans le juger.

Je me souviens par exemple d’une pièce où mon personnage devait éprouver du désir pour une femme interprétée par une partenaire de la troupe pour laquelle je n’éprouvais personnellement pas de désir particulier.

Mon professeur m’a alors conseillé de me focaliser sur un détail précis de son corps (sa peau, son cou, son oreille…) afin de laisser monter le désir animal en moi…

Et bien je vous garantis que cela a fonctionné !!!

La connaissance de soi et des mécanismes qui nous gouvernent permet de mieux appréhender la relation aux autres.

 

6) Acceptation du  regard de l’autre

– Le regard du public

Faire du théâtre c’est avant tout accepter de monter sur scène et devenir le centre principal d’intérêt.

C’est-à-dire qu’il convient de supporter que tous les regards se posent sur sa propre personne.

Ces regards sont on l’espère bienveillants, mais cela n’est pas toujours le cas.

C’est ce qui engendre les doutes, les peurs, la montée du trac…

Car monter sur scène c’est accepter de se mettre à nu pour que le public un brin « voyeur » en ait pour son argent et soi ému en ressentant par empathie ce que le personnage vit.

 

– Le regard du partenaire de scène

Mais c’est aussi se confronter au regard de ses partenaires de jeu.

Il convient d’accepter que ce dernier regarde et voit la personne que l’on est avec bienveillance.

C’est une forme de « je te vois », ce  fameux « bonjour » pandorien dans le film Avatar, une sorte de « je lis tes pensées, je te comprends, j’aime bien et respecte la personne que tu es ».

Cela va même plus loin puisque c’est l’authenticité de la relation avec cet autre comédien qui va rendre l’histoire crédible aux yeux du public.

Et pour que cela soit possible, il est indispensable de s’ouvrir, de partager son intimité émotionnelle et d’avoir confiance en son partenaire.

Au fil du temps, ce dernier va même devenir un repère sur lequel s’appuyer pour donner encore plus de couleur et d’amplitude à son propre personnage.

 

– Le regard du metteur en scène

Celui-ci est effectivement indispensable.

Au départ, il peut sembler gênant dans le sens où sa fonction est de donner un avis sur ce qu’il observe et une direction à ce qui doit être.

C’est effectivement désagréable lorsque le metteur en scène modifie le travail et la proposition de jeu que le comédien lui propose.

Et pour autant, le respect de la justesse de son jugement et la confiance que le comédien lui accorde permet cette acceptation.

Les retouches et les ajustements demandés par le metteur en scène sont de vraies sources de progrès pour le comédien.

En fin de compte, sans ce recul le comédien ne peut sublimer son art.

Tout cela est intimement lié à l’appréhension du jugement d’autrui.

 

Être en mesure d’accepter le regard de l’autre renforce in fine beaucoup sa propre confiance en soi.

 

7) Le masque qui tombe

Dans la vie de tous les jours, chacun joue un rôle en permanence.

Que ce soit celui de l’homme de la famille, celui de l’entrepreneur ou du salarié, du sportif, du vendeur sur un site de petites annonces, du client mécontent, …

A chacune de ses situations correspond un état d’esprit plus ou moins stéréotypé avec des comportements systématiques qui en découlent.

A titre personnel, j’ai constaté que plus mon expérience théâtrale était importante en tant que comédien, moins je jouais la comédie au quotidien.

Autrement dit, j’ai fini par faire tomber le masque.

Ma vraie personnalité et ma nature profonde s’exprimait de plus en plus facilement et simplement sans avoir besoin de me cacher derrière un personnage.

Moins « schizophrène » et plus sincère, plus authentique, j’étais plus cohérent dans mes attitudes.

Cela est à la fois plus reposant pour moi et plus plaisant pour les autres.

 

8) Nouvelle vie avec le théâtre

C’est une chance rare qui m’est offerte depuis quelques années.

En effet, le théâtre m’a ouvert les portes d’une nouvelle vie.

Il est aujourd’hui au coeur de ma vie alors qu’auparavant c’était un simple hobbie.

J’ai en effet le plaisir de pouvoir faire coïncider ma profession avec ma passion pour le théâtre.

 

Et vous que pensez-vous du théâtre et de ce qu’il peut vous apporter ?

Donnez-moi votre avis en laissant un commentaire ci-dessous

 

A bientôt

Philippe

Comments
  1. mohand
    • Philippe
      • Ameno
  2. mohand
  3. mohand
    • Philippe
  4. Younes Chenouni
  5. Amélie
    • Philippe
      • Amélie

Laissez votre commentaire

%d blogueurs aiment cette page :